|| INTERVIEW DE LA BOÎTE # 32 - ANNA NOVIKA SOBIERAJSKI ||

Publié le par © C'est à Sète


|| INTERVIEW DE LA BOITE # 32 - ANNA NOVIKA SOBIERAJSKI ||


 

 

 


 voir sa biographie et son parcours


Interventions :

 
« Dessine-moi l'amour... »

 2a

 

 

   Je suis une collectionneuse des dessins de mes enfants, Yann et Alicia, qui, sortant de leur école maternelle, m'offrent des « chefs-d'œuvre » jusque là bien cachés dans leurs poches. Des esquisses pliées, des images cachées, des coloriages intimes...

Je les déplie, je les regarde et les replis pour préserver la forme initiale, leur intimité...

c'est autant de lettres d'amour que nos chérubins, ne sachant pas encore écrire, nous adresse...

J'ai toujours été touché par la fragilité du support en papier, qui porte la puissance de ce grand sentiment...

je suis allée à la rencontre de quatre classes de l'école « Sous Bois » à Sète, allant de la petite section au CM1, pour parler de l'amour. Les enfants se sont livrés sur ce sujet avec générosité et spontanéité, exprimant leurs perceptions, confiant leurs premières expériences, leurs secrets amoureux...

A l'issue de nos échanges, dont on peut suivre le fil sonore, je leur ai demandé de réaliser des dessins parlant de l'amour, dont j'ai tiré la matière pour créer mon installation...

Restons suspendus...

Entre les émotions dévoilées et les sentiments cachés...

Entre la spontanéité et la pudeur...

Entre la fraicheur inoubliable des premiers émois et la certitude formée par nos expériences...

 

4a-copie-1.jpg

 

Installation: Anna Novika Sobierajski

Son: Hervé Villechenoux

 


« Peintures en direct »

 

Photo 017

Voir la vidéo ici > vimeo.com/29531866
Mots de passe: bismut

 

"Couleurs d'Andrée Chédid"
Un spectacle de la compagnie Bismut
Lecture-performance donnée le 27 juillet 2011 au Festival "Voix Vives" de Sète

Un film de Rémi Stoquart

Textes d'Andrée Chedid

Lecture et chant : Olivia Nicosia
Arts plastiques : Anna Novika Sobierajski
Contrebasse et chant : Michel Bismut
Design sonore et sonorisation : Arnaud Bertrand

 


 


Peintures :

 

Esquisses

 

Le dessin… mes racines.

J’ai grandi avec lui.

Enfant, je dessinais mes poupées sur du papier que je découpais pour jouer.

L’énorme carton à dessins me servait d'ailes pour m’envoler loin du quotidien.

Aujourd’hui, je ne fais pas de croquis sur un cahier d’esquisse. Mes dessins apparaissent directement sur de grands supports en papier canson, papier marouflé, ou sur toile.

Ces grands formats me permettent de redimensionner le quotidien.

Le dessin est devenu pour moi un moyen de créer des passerelles avec d’autres formes artistiques, en participant à des performances où je côtoie musiciens et danseurs…

 

33ok  55ojk

 

 

 

Présence – Absence …

 

Nous sommes la présence et l’absence en même temps.

Comment saisir cet instant de rencontre entre le plein et le vide ? Comment saisir le contenu du silence qui se promène entre existence et non – existence ? Comment trouver sa place dans le mouvement perpétuel de l'écoulement du temps ?

Etre totalement ici et maintenant, est-ce possible ? Nos êtres sont insaisissables, suspendus entre « visible » et « non visible », entre « paraître » et « disparaître ».

Je montre les intérieurs de pièces vides, pourtant remplis de signes de la vie. Des corps humains qui existent, mais qui s’absentent dans le sommeil.

 

1ok  2ok


 


 

Mémoire/.

Impressions - dessins

 

    Les strates de la mémoire sont transparentes. Les souvenirs s’y croisent, s’y superposent.

Ils mélangent le réel et l’imaginaire, posent un voile déformant notre objectivité.

Chacun de nous empile les souvenirs, des petits tas qui se superposent et forment un étrange journal intime dilué dans les compilations de notre mémoire.

Dans mes réalisations j’utilise plusieurs techniques qui dialoguent entre elles. Dessin, gravure, photocopie, calque, collage…

J’aime ces rencontres inattendues, ces traitements différents, où les images d’aujourd’hui rencontrent celles du passé, où celles qui concernent ma vie croisent des photos trouvées sur internet.

Une scène animée d’acteurs d’horizons divers qui interprètent un théâtre très personnel.

 

14ok  15ok

 

 

 

Mémoire/.

Tunel de la mémoire

 

      Un tunnel fait de feuilles de papier dont l'intérieur est évidé d’un carré. L'accumulation de toutes ces petites fenêtres fait un long et sombre passage, au fond duquel se trouve la photo de ma mère dans sa jeunesse. Cette image reste très peu visible, mais il suffit de feuilleter « la mémoire », de plonger dans la lecture du passé pour que le portrait apparaisse plus nettement. Cet étrange carnet intime ne possède pas de couverture, puisque le processus d’écoulement du temps n’est pas encore fini…

 

2  3  5

 

 

 

Mémoire/.

Les boîtes de la mémoire

 

 

   Ce travail est encore une évocation de ce sujet fragile qu’est la mémoire.

Éphémère, vulnérable, parfois insaisissable, elle recèle le poids de la mythologie de nos vies.

Ici, les images parfois pesantes, sont réduites à une répétition d’apparitions qui au travers du dessin évoque l’usure successive du souvenir.

 

La série des « Boîtes de la mémoire » reprend un travail que j’ai entamé en 2000 .

Elles cachent d’anciennes photos familiales collées au fond, recouvertes d’un calque transparent. Ce voile suspendu fonctionne comme un écran flou, qui effleure la surface des photographies, les rend invisibles.

La raclette de bois, posée dans la boîte et manipulée par le spectateur, appuie sur le calque, qui jouant de sa transparence, révèle alors les détails des images.

Ce travail illustre le fonctionnement de notre mémoire qui stocke les souvenirs comme dans une boîte magique. Nos images du passé ne sont pas « entières », nous en voyons des fragments recouvert par le voile du temps qui s’écoule.

Au rythme des occasions qui se présentent, selon les circonstances, nous dévoilons telle ou telle image qui nous habite…

 

 

3  boite4

 

 

 

Mémoire/.

Papiers peint

 

    Le papier peint, ce produit commercial de décoration à portée de tous, est un terrain universel, global pour construire mon propre langage. L'existence réelle d'une image préfabriquée déclenche mes actions picturales personnelles. Je transforme le monde anonyme en univers intime.

 

   Le papier peint recouvre les murs de nos souvenirs... Notre mémoire retient des détails, des fragments, des miettes du passé. Nous nous rappelons d’odeurs, de bruits, de bouts d'images…comme ce morceau de papier peint dans la chambre de notre enfance...

 

1ok  32ok

 

 

 

Mémoire/.

Scotch

 

 

Le scotch sert à fixer, accrocher, coller... parfois à réparer, rassembler.

Dans mon travail il dessine la trace du passé.

Je colle le ruban transparent sur d’anciennes photos, des fragments d’histoires, des silhouettes ou des visages de gens disparus, et je l’arrache, emportant des bandes de photo que je recolle sur une autre feuille du papier, un mur.

Le processus se répète et annonce une disparition progressive de l'image.

Je reconstruis la réalité, je dialogue avec le passé, je rassemble des morceaux de souvenirs.

Les pages se succèdent et le flou s'installe.

Un « puzzle» intime sur la fragilité de la mémoire, réalité subjective.

 

2aok  2bok



Contact

novika@free.fr

 

Atelier Spirale : 13, rue Rouget de Lisle – Sète

atelier-spirale.midiblogs.com | page face book

 






 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article